04 68 76 21 18

57 ans du JUMELAGE

notre histoire

Si comme le disait le Chancelier Adenauer « Dieu a voulu que la France et l’Allemagne soient voisines », deux villages d’Europe Arzens et Hattenheim ont eu une destinée commune par la volonté des hommes. Soutenus par leurs conseils municipaux respectifs, les maires Henri Sabadie et Karl Sebastian Schaub ont souhaité que leur population participe, grâce à un jumelage, à ce grand mouvement de réconciliation franco-allemande. Celui-ci, inspiré dès 1947 par quelques écrivains suisses, était la seule voie en vue d’une paix durable au sein d’une Europe que l’histoire avait vue si souvent se déchirer.

Grâce à leur volonté et leur opiniâtreté a été signé, le 26 Août 1963, un serment de jumelage qui devait lier le destin de ces deux petites communes viticoles, distantes de 1200 kms, classant ce jumelage franco-allemand parmi les tout premiers.

Notre amitié

Cette histoire exemplaire de 57 ans d’amitié n’a été possible que grâce aux pionniers qui ont mis tout leur enthousiasme au service de cet idéal. Il leur a fallu pour cela non seulement convaincre les indifférents, mais surtout outrepasser d’haineuses rancoeurs. Leur force et leur détermination, beaucoup les ont puisées dans un dépassement de soi après un dernier conflit qui les avait blessés dans leur cœur et même dans leur chair. Aujourd’hui, certains ont disparu, mais nous gardons toujours en mémoire le souvenir de leur engagement et de leur action.

L’hospitalité des familles de nos deux villages, qui accueillent durant les rencontres leurs hôtes en ouvrant leur cœur et leur maison, est la base de la réussite de notre jumelage. Ce cadre familial est en effet le plus propice pour tisser des liens étroits entre les habitants de nos deux communes.

Si les maires Henri Sabadie et Karl Sebastian Schaub en ont été les fondateurs, les maires qui leur ont succédé ont apporté tout leur soutien au développement de notre jumelage. Il convient donc aujourd’hui de remercier leurs municipalités respectives pour le soutien moral et financier qu’elles ont apporté aux responsables de nos deux Comités. Ceux-ci ont ainsi en charge, depuis 57 ans, l’organisation et l’animation des différents échanges. En effet, l’organisation régulière de rencontres officielles annuelles est la condition essentielle à la réussite et à la longévité d’un jumelage. Laisser les rencontres à la seule initiative des familles, c’est s’exposer rapidement à l’étiolement de l’amitié.

Honorer aujourd’hui notre jumelage, c’est avant tout honorer le travail et l’enthousiasme de nos comités respectifs.

Enfin la durée exemplaire de ce jumelage, nous la devons aussi à ces groupes de jeunes dynamiques qui successivement, avec créativité et enthousiasme, ont su prendre en charge l’organisation des rencontres. De leur engagement dépend l’attirance qu’ils suscitent et donc l’avenir de notre mouvement.

Nous ne pouvons passer sous silence l’aide importante apportée à notre action dès les premières rencontres par l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse est celle plus récente de La Commission Européenne. Hélas ces aides deviennent de plus en plus aléatoires et cela risque à terme de poser quelques problèmes.

Souvenirs

L’histoire de ces 57 ans de jumelage a coïncidé avec une période riche en évènements pour l’Europe : Guerre Froide, Mur de Berlin, Printemps de Prague, effondrement du bloc soviétique, réunification de l’Allemagne, monnaie commune… Tous ces évènements ont donné lieu, au cours des différentes rencontres, à de nombreuses discussions et visites. Ainsi au-delà de moments conviviaux, chacun pouvait prendre pleinement conscience des réalités de la vie du partenaire.

L’histoire de ces 57 ans de jumelage, c’est aussi celle d’évènements symboliques : remise du drapeau de l’Europe à Arzens en 1974 et à Hattenheim en 1985, parrainage du 20 ème anniversaire par le Président du sénat Alain Poher et tous les autres évènements qui ont marqué particulièrement l’esprit de chacun.

L’histoire de ces 57 ans de jumelage a été marquée par celle de l’amélioration de la communication, la langue tout d’abord. Cette barrière du début a été vite abattue grâce au choix, par beaucoup d’élèves participant aux rencontres, de l’étude de la langue du partenaire, tandis que certains adultes persévérants ont aussi essayé de la maîtriser. Les autoroutes ont réduit les temps de parcours que les liaisons aériennes de ces dernières années ont pratiquement abolis. Internet permet enfin d’enrichir nos dialogues et nos échanges.

L’histoire de ces 57 ans de jumelage est enfin intimement liée à deux lieux magiques : le « Burg » à Hattenheim et « Espinouze » à Arzens. Là s’est forgé et s’entretient l’esprit du jumelage.

X