04 68 76 21 18

Repas des ainés du Printemps

 

Manifestement, les Aînés arzenais, ils ont eu plaisir à se retrouver au foyer municipal jeudi midi un peu libérés des mesures contraignantes imposées par la COVID. Les sourires étaient sur toutes les lèvres et cet enthousiasme retrouvé faisait vraiment plaisir à voir. Christiane, revigorée après une période assez difficile arborait une tenue très seyante. Dédé qui venait de subir une petite intervention bénigne, retrouvait ses « camarades » avec gourmandise. Le trio des compères Gérard-Jacquot-Roland toujours aux manettes accueillait chacun et chacune avec un mot gentil, un compliment, une poignée de main fraternelle et surtout un sourire qui traduisait leur contentement.

Après une mise en bouche simple, fine et goûteuse, la soixantaine de convives a apprécié le succulent repas gastronomique élaboré, comme à son habitude, par le chef traiteur Rousseau du Restaurant « Le Portanel » de Bages.

Pendant près de deux heures, les gourmands palais des Aînés ont été titillés tour à tour par le filet de dorade avec son assortiment d’aubergines et de poivrons, la brochette de lotte et son risotto parfumé. Le trou normand permit une pause appréciable avant le retour aux choses sérieuses. La farandole des saveurs reprit alors: Le navarin d’agneau, l’assortiment de fromages ..et le bouquet final, l’omelette norvégienne espérée, réclamée et fort appréciée par le palais présidentiel de Gérard. Un vrai régal!

A l’autre bout de la table, Jeanine, d’ordinaire si truculente, lâcha, de manière presque confidentielle, à ses plus proches voisins de table » Vous me croirez ou non, ça me fait un bien fou de passer d’aussi bons moments en votre compagnie! J’attendais ce jour avec impatience! Ces moments de bonne humeur collective et de simple convivialité me changent tellement de mon ordinaire. C’est super! « 

Ainsi va la Vie chez les Aînés arzenais. Simple, savoureuse et réconfortante.

Pour que la fête soit encore plus belle, juste avant de servir le dessert, tous les convives à l’unisson ont entonné un « JOYEUX ANNIVERSAIRE Claude » pour fêter les quatre vingt printemps de Claude Sarrail qui, à cette occasion, a tenu à offrir la blanquette qui fut, bien évidemment, consommée avec modération.

Tout ce petit monde a promis de se retrouver Fin avril (Voyage) ou pour la grillade prévue fin juin.

 

X